• Chapitre 2

    Chapitre 2: Cameron

    Pourquoi mon cœur bas si vite ? Pourquoi je ne peux pas arrêter de fixer ses yeux ? Pourquoi ai-je l’impression d’avoir était foudroyée à l’instant où je l’ai vue ? Une main se pose sur mon épaule, rompant l’enchantement. Je fis volteface. Je croise des yeux bleus. Thomas. Viens-tu me narguer ?
    -Je suis désolé pour la place mais Maya a tellement insisté et…
    Je le coupe, je n’ai pas la moindre envie de parler d’elle surtout que là je veux voir la personne à qui appartiennent ces yeux…
    -Oh c’est rien ! Et puis c’est normal que ta petite amie veule passer du temps avec toi !
    Je lui souris style je suis très heureuse pour toi alors que c’est tout le contraire. Mon cœur se gonfle de jalousie mais j’essaye tant bien que mal de garder un air enjoué.
    -Ma petite amie ?
    -Non mais qu’est que c’est que ce bordel ! Il y en a encore un debout dans cinq secondes et c’est trois heures de colle ! Un, deux, trois quarte, cinq ! Maxime trois heures, apporte-moi ton carnet !
    Et ça commence ! Et après on se demande pourquoi je la déteste ! Mais j’y pense…là…en ce moment… je suis à côté de lui… Mon cœur se met battre tellement vite que personne n’aurait pu compter ses battements. Je tourne légèrement la tête, ce qui me suffit pour voir des cheveux noir brillants et à l’apparence soyeuse. Ils sont coupés à la Justine Biber, d’habitude je n’aimais pas mais là… Son nez droit est tout simplement parfait. Ses yeux à demis fermés sont cachés par de longs cils, sa bouche, pulpeuses, roses. Il a une jolie fossette au menton. Son visage mat ne comporte aucune imperfection. Sous sa chemise blanche un peu trop grande on devint facilement des muscles sahiants. On aurait dit un dieu ou en tout ça un personnage irréel. Il me regarde. Je m’empourpre, et détourne les yeux, mais pendant les quelques  dixièmes de seconde où ils se  sont croisés j’ai ressentis quelque chose de nouveau et de visiblement très puissant. Mes poils s’étaient irisés sur ma peau, mon cœur avait fait un bond et dans mon ventre une douce chaleur s’était dissipée. Et pendant ce lapse de temps j’ai été heureuse, tout simplement…
    -Bon cette année vous n’aurez pas le droit aux blablas habituels…
    Mais mon bel inconnu ne connait pas les règles, je la coupe en levant le doigt.
    -Mais madame, et pour les nouveaux élèves ?
    -Tu es nouvelle peut-être ?!
    -Non mais…
    - Alors tais-toi !
    -Je crois qu’elle essayait de m’aider madame.
    Il a parlé…Sa voix elle est magnifique, enchanteresse. Et c’était pour prendre ma défense ! D’un coup je devins légère comme si tous les malheurs me passaient au-dessus de la tête, sans m’atteindre.
    -Et alors il me semble que tu es assez grand pour parler tout seul !
    -Oui madame, mais peut-être pourrait-elle m’expliquer le fonctionnement du collège ?
    Mais pour quoi a-t-il demandé ça ? Il s’intéresse à moi ? Arrête de rêver, regarde-le ! Il est parfait, et je n’exagère pas ! Même ce mot est bien trop faible ! Maintenant regarde toi. Je me tourne vers la vitre ou apparu mon reflet, un peu effacé. Mais cheveux ondulés que je sais fourchus m’arrive au niveau de la poitrine, celle si n’est composé que de deux petites bosses. Mais yeux, un mélange de bleu, de vert, de gris au centre jaune, sont bien trop petits. Mon nez légèrement aquilin et ma bouche fade à en mourir ne font que compléter se tableau raté.
    -Oui soit ! Et maintenant ne perdons plus de temps avec des bêtises. Les seules personnes qui peuvent parler c’est madame je sais tout et le petit nouveau au moment où celui-ci aura des questions sur le fonctionnement du collège !   Bon passons, je vais faire passer des chansons que vous devrez apprendre par-cœur et pendant ce temps je vous distribuerais les emplois du temps et les uniformes.
    Des cris outrés se fient entendre. Qui aurait voulu portait un uniforme ? Personne à par moi…Hiii ! C’est trop bien j’ai toujours voulus porter un uniforme ! Jusqu’à ce qu’Hugo pose une question qui lui ressemble bien :
    - Elles auront des jupes les filles ?!
    -Bien sûr.
    -Non…
    J’avais murmuré ce mot. Je déteste mettre des jupes. Je trouve mes cuisses trop grosses. Beaucoup de filles me considèrent comme maigre, et c’est vrai que derrière un slime on s’y tromperait, mais alors avec une jupe…
    -Tu n’aimes pas les jupes ?
    -Je les déteste, je ne suis pas alaise dedans et…
    Je viens à peine de comprendre que c’est lui qui vient de me parler ! Je devins subitement rouge. Madame Legroin nous foudroie du regard. Il sort une pochette bleu de son sac, en sort une feuille sur laquelle il griffonne quelque chose puis il me la tend. Dessus il y avait une belle écriture penchée et liée. Je m’empresse de lire les quel que mots : 
    -Je vois et sinon tu aimes faire quoi, tu as une passion ?
    Il m’écrit… Pour quoi il m’écrit ?! Ah pour quoi j’écris mal !
    -Je…euh…enfaite j’aime faire…du…du théâtre…
    - Ça ne doit pas être facile pour toi. Enfin vue ton caractère. Tu en as déjà faits ? Parce qu’honnêtement je ne te vois pas en faire.
    -Je n’étais pas comme ça avant…
    -Et pour quoi l’ai tu maintenant ?
    Je ne sais trop pour quoi mais j’avais l’envie irrésistible de tout lui dire, à lui, à cette personne que je ne connais pas, mais pour qui je…enfin… je crois que je suis amoureuse… Mais pas comme je le suis pour Thomas, non cet amour-là est bien plus fort je le sens ! Mais je ne veux pas l’écrire je chuchote donc :
    -Et bien tout a commencé quand j’étais en CE1, une nouvelle est arrivée. Je ne sais pour quoi mais à peine m’a-t-elle vue qu’une haine immense envers moi grandit en elle. Et un jour de printemps où j’étais dans la cour je portais une jupe et elle l’a baissé devant tout le monde. Sur cette culotte il y avait les télétubises et tout le monde c’est moqué de moi et depuis ce jour je…
    Je plaque mes mains sur ma bouche, non mais qu’est que je viens de dire ! Il va me prendre pour la pire des idiotes ! J’ai mal au ventre, j’ai envies de vomir…
    -Thomas Maurise venais chercher vous affaires.
    Dès que on prononce son nom c’est plus fort que moi, je me sens concernée…Il se lève et va au bureau, il se saisit d’un paquet et d’une feuille. Les chansons nous parvinrent enfin. J’explique donc à mon voisin que il faudrait les apprendre par-cœur pour la prochaine fois. Contrairement à la réaction surprise et outré à laquelle je m’attendais il se contente d’hocher la tête comme si s’était normal. Aïe, je n’ai pas écouté ce que sont les choses que madame Legroin nous donne et après c’est à moi…
    -Il s’agit de l’uniforme et de l’emploi du temps.
    Comment avait-il fait ? On aurait dit qu’il lisait dans mes pensées Elle m’appelle et je me lève, va chercher mes affaires. Je retourne à ma place et Madame Legroin appelle un dénommé Cameron Picardo. Mon voisin se dirige vers le bureau.  
    Les deux heures passèrent à grande vitesse, je me découvrais plein de points commun avec Cam, notamment la lecture et la natation. Je découvris également qu’il était très drôle puis vient la sonnerie accompagnée d’une inquiétude crée par la solitude certaine des quinze minutes de pause. Je soupire. Il me regarde, je rougie. 
    -Tu n’es pas heureuse de pouvoir sortir d’ici ?
    -Non pas vraiment Cameron…
    -Tu peux m’appeler Cam tu sais.
    -Oui, pas vraiment Cam, on va devoir mettre les uniformes et je me suis disputé avec mes amies à cause de Maya…
    -Et tu as peur d’être seule. Je serais avec toi jusqu’à ce que tu n’en aies plus besoin. D’accord ?
    -Merci…
    Je suis importante pour lui ? J’aimerais tellement que ce soit vrai mais pour l’instant je me contente d’être à côté de lui et de sentir son parfum de cannelle. Nous arrivons dehors et sans un mot nous nous séparons. J’entre dans les toilettes puis je me change dans une cabine. Je sors. Il y a une glace au-dessus des lavabos. J’ai changé et ce n’était pas à cause de la veste verte et de la cravate rouge. Mes yeux brillent et semble être plus grands, le rouge qui m’était monté aux joues à cause de la peur me donne un air fragile et innocent. Le sourire qui vient de se dessiner sur mes lèvres m’embellie  beaucoup. Et puis le haut de l’uniforme ne me va pas si mal que ça. Je sors et va dans le hall d’entrée. Sur le panneau d’affichage il y a l’inscription pour le théâtre. Je saisis un stylo écrit le M de Meyer mais je ne peux écrire plus… Je serre les dents et une larme perle au coin de mon œil. Je sens des bras qui me tirent contre un buste. Je laisse échapper un hoquet de frayeur. Mais je me calme immédiatement quand je sens une douce chaleur se rependre en moi. Cameron. Il me sert tendrement contre lui et là la tête nichée dans son cou, le nez remplit de cannelle je me laisse aller et fais sortir la frustration qui m’habite depuis cinq ans. Puis je commence à me rendre compte que je suis en plein milieu du collège et que n’importe qui pourrait nous voir et je sais aussi que des rumeurs vont courir. Je le repousse violement les yeux toujours embués de larmes. J’imagine bien ce qu’on aurait pu croire en voyant cette scène.
    -Emy se tipe t’a fait du mal !?
    Thomas ! Mais on dirait que tu t’inquiètes…
    -Non j’étais triste et il a essayé de me consoler c’est tout…
    -Toi si tu t’approches encore une fois d’elle je… !
    Cam le coupe avec un sourire cruel plaque sur les lèvres. Ca me fit froid dans le dos.
    -On dirait que c’est ta petite amie, or ce n’est pas le ca. Et tu es jaloux parce que je l’ai pris dans les bras.
    -Ne dis pas n’importe quoi ! Thomas a une petite amie et je le connais assez pour savoir que ça signifie quelque chose pour lui.
    -Je n’ai pas de petite amie !
    -Et Maya tu l’appelle comment ! Elle m’a dit que vous vous êtes embrassé ce matin même !
    -Oh ça ce n’était qu’un pari idiot. J’aurais tellement préféré que ce soit toi !


  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 22:21

    OH HO MAIS QU'ES QUE THOMA VIENS DE DIRE? JE SENT QU'UN TRIANGL AMOUREUX SE FORME!!!!, URGENCE URGENCE LE PROCHAIN CHAP JE LE VEUX!!!!!!!!!

    2
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 22:24

    Disont que là je suis bien dedant et que le prochain chapitre est d'une importance crusialle donc je vais surement l'écrire avant le deux de invinsible. Et pour le triangle amoureux c'est bien plus compliqué que ça!

    3
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 22:33

    avec Maya au boue je pence et oui 'ai hate pour tes deux fic alors préviens moi dès que la suit de l'une d'elle arrive

    4
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 22:35

    oui! Et pour Maya tu as........

    Mais tu vas peut-être être surprise par la tournur des évenements ou alors tu vas le deviner tout de suite.

    5
    Samedi 23 Novembre 2013 à 13:01

    se sera koi la suite stpppppp en tout cas super chapitre et noublie de me prevenir pour les suite stp enfin si sa te derange pas

    6
    Samedi 23 Novembre 2013 à 13:09

    Comme si ça me dérangerais! Merci de suivre ma fic'. J'ai déjà écris deux pages du prochain chapitre!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :