• Chapitre 2: Raito

     Chapitre 2.

      

    Je sentis mon cœur s’emballer, puis exploser en un million d’étincelles ardentes qui parcoururent les moindres parcelles de mon corps. Il saisit mon poignet, celui où plus haut reposé l’anneau, une vague de chaleur me submergea, et avec sa violence habituelle le plaqua au niveau de ma tête me forçant à reculer encore et à heurter le pin.

    Il l’enserrait si fort que tout mon bras me piquait. Instinctivement pour tenter d’échapper à son regard je baisais la tête tentant vainement de cacher mes émotions. Je me sentais bête, avec ma bouche béante et mon bras ballant, mais la chose me préoccupant le plus à cet instant-là, bien plus que le fait que son corps frôlait le mien, c’était ses yeux sur moi, turquoises et pleins de…folie, de rage, et de quoi ?


    -Je t’ai posé une question.


    Ses lèvres fines affichaient encore ce sourire sadique, on aurait dit qu’il était au bord de l’hystérie. Enfin, rien de très exceptionnel pour lui… Je me sentais tellement bizzard là, à cet instant… La pluie continuait encore avec la même force.


    -Je…hum…enfin…


    Ma voix tremblait c’était pitoyable, mais d’habitude je ne réagissais pas comme ça….. Il me coupa d’une traite son sourire mauvais s’élargissant encore.


    -Alors ?


    Mon masque vite…. Il serait trop heureux de voir de la peur en moi… Même si elle n’a pas vraiment l’origine qu’il aurait espéré. Ce que je  crains c’est……moi …Voilà ceux que je pensais avant de rassembler tout le courage qui me restait. Je relevais fièrement la tête est fis face, déterminée à ne pas montrer mes émotions !


    -Je suis venue t’apporter ça, dis-je d’un ton froid qui  me combla, tout en essayant de dégager mon bras.


    Soudain dans ses yeux je vis passer une chose étrange qui ressemblait à… de la déception, celle que on verrait dans les yeux d’un enfant au quel on prenait son jouet… Je continuais à me tortiller pour qu’il me lâche, ce qu’il finit par faire. Je ramenais mon bras contre moi, remontai légèrement ma veste et contemplais mon poigné, rouge.

    Sans je comprenne je fus prise par la déception, je ressentais comme un manque, si grand que j’avais envie d’éclater en sanglot. L’eau descendant du ciel décupla aillant comprit ma détresse. J’ouvris ma main et dévoilai le bracelet. Il semblait d’abord surprit puis déçut et enfin énervé. Une succession d’émotions qui disparurent bientôt englouties par son éternelle folie destructrice. Avant qu’il ne refuse mon présent je pris la parole en étant toujours impassible :


    -C’est un bijou qui appartenait à un puissant magicien, il accroit la magie de son porteur et s’en sert pour lui créer un bouclier permanant, pour résumer de la magie faible ne pourra pas te faire de dégât, j’ai pensé que ça pourrait t’être utile vu que vous allait affronter les gangues …


    Dis-je d’une voix assurée jusqu’au moment où ses lèvres se posèrent sur les miennes, bouillantes, il les pressa rageusement contre les miennes, tout son corps se retrouva contre le mien me collant au pin mouillé ses mains appuyées contre l’arbre m’empêchant de m’éclipser.

    Le bracelet m’échappa.

    Mon cœur rata un battement douloureusement puis commença une course effrénée. Son baiser était sans le moindre sentiment, il était juste rage, colère et folie et le sentir me brisa. Un million d’émotion dansèrent en moi alors que pleine de stupeur je ne savais que faire alors que la violente averse devint un vrai déluge de larmes chaudes.

    Puis il s’écarta rompant se moment qui me semblait le pire que je n’ai jamais vécu. Mon désarroi était si grand que je ne pouvais pas réfléchir, ni même esquisser un mouvement je ne pouvais plus que me laisser entrainer par l’avalanche de sentiments qui me submergeaient et m’étouffaient alors que mes jambes s’aidèrent sous ce poids écrasant.

    Je voyais ma vue se brouiller, sentais mes larmes dégouliner alors que mes yeux  écarquillés restait bloqués sur une expression de stupeur et de tristesse. Je me sentais souillée, salle, meurtrie. Je ne parvenais pas à enregistrer quoi que ce soit que mes sens me rapportaient. Ma tête tournait, mon cœur transperçait par mille et un poignards ardents, me faisait souffrir à en perdre la raison. Puis je commençai à émerger légèrement, en tout cas suffisamment pour entendre ses paroles :


    -Voilà l’expression que je voulais lire dans tes yeux.


    Ces mots empreints de satisfaction malsaine me firent l’effet d’une baffe monumentale. Je l’entendis se baisser, j’eus un mouvement brusque de recule craignant qu’il ne revient à la charge, mais je me trompais, le cliquetis qu’émit le bracelet quand il le ramassa m’était tellement familier que je ne pouvais me tromper… Et avec dégoût et rage je le regardais impuissante s’écarter avec cet objet qui était bien plus pour moi que ce que j’en avais dit.

    Car cet anneau était la dernière chose qui me restait de mes parents.

    J’avais fait une énorme erreur en lui donnant et le honte me serra la gorge. Je me sentais si bête, je voulais seulement le remercier pour m’avoir sauvé la vie il y a de cela deux mois. Mais je n’aurais pas dus le remercier.

    Ni chercher à le revoir.

    Et pourtant je l’avais fait, comme une pauvre idiote. Je n’avais pas écouté ma raison qui me criait de ne pas m’en approcher, me voilà bien punie. Et sans savoir pourquoi je me sentais dans  l’obligation de le scruter en détails, de mémoriser chacun de ses traits avant qu’il ne disparaisse, sûrement pour ne jamais oublier ce moment et pour garder ce méprit en moi à fin d’avoir la force de lui reprendre mon bien… 

    Sa chemise blanche était ouverte découvrait en torse nu parfaitement musclé et bronzé, de plus l’eau qui lui ruisselait dessus le rendait encore plus attirant, elle était également retroussée jusqu’au coudes. Quelques un de ses cheveux d’un turquoise clair relevés à l’avant lui tombaient dans les yeux, le rendant encore plus attirant et mystérieux… Alors qu’il avait tourné les talons et qu’il était déjà loin il se retourna et m’envoya un sourire satisfait qui me donna comme un goût amer dans la bouche et qui gonfla mon cœur de rancœur, de dégoût, de méprit et de haine. Les larmes ne cessaient de coulaient sur mes joues tout comme la chaude pluie qui me picotait la peau tellement elle tombait violement.


    -Raito… murmurais-je pleine de tristesse alors que mes larmes s’amplifièrent


    C’était la première fois que je l’appelais par son nom, Raito, Raito Arashi. Arashi, un prénom qui lui allait que trop bien car tel un orage il avait foudroyé ma vie et m’avais volé une chose capitale à mes yeux. J’effleurais mes lèvres souillées avec une douleur immense.


     Après son départ je me sentais vide, j’avais l’impression de n’être plus que l’ombre de moi-même. C’était fou, en un geste il m’avait complètement chamboulée. Et d’ailleurs après une éternité ou bien une minute je ne savais réellement pas, je ne parvenais toujours pas à bouger. Alors je me surpris à u repenser à ce moment maudit qui m’avais lié à lui.


    Ce dans quoi mon pied était pris n’était autre qu’un crâne luisant. Un déluge de sentiments me prit et je me mis à hurler comme jamais. Mon cri se répéta en éco. J’étais prise de la plus grande peur que je n’avais jamais ressentie. Puis je constatais que bien d’autres os jonchaient le sol. J’étais tellement paralysé par la peur que je ne parvienne même plus à laisser échapper un cri. Je restais la planter sans pouvoir ne serait-ce cligner des yeux. Mes jambes finirent par céder sous le point de ma terreur.


    Des pas se firent entendre, augmentant encore la peur en moi et faisant trembler tout mon corps. Un ricanement me parvint. J’avais veau tenter de chercher à qui appartenait ce rire je ne voyais rien il faisait bien trop sombre…


    Puis soudain des rayons de lune traversèrent   le feuillage et éclairèrent la scène d’une lumière fantomatique. Plus loin il y a avait un homme. Enorme il devait facilement faire deux mètres et il était battit comme une armoire à glace. Ses longs cheveux noirs collaient par le sang lui tombaient devant les yeux, ceux-ci dorés comme ceux d’un vautour affichaient une malveillance sans bornes, qui me glaça entièrement. Il avait un nez imposant et aquilin. Ses lèvres étaient craquelé et vers la droite une cicatrice immonde, remontant jusque sous son œil, les barraient. Son visage était légèrement ridé.

    Un profil qui semblait être fait pour terroriser.  Alors que la terreur se fit encore plus présente en moi un détail me choqua, sur son torse était un tatoue un loup bleu foncé. Le loup était le signe d’un des plus puissant gangue, les Okami et la couleur bleu signifiée qu’il était un lieutenant. Quoi que je fasse je ne pourrais rivaliser, mes pouvoirs ne se sont réveillé que depuis six mois et l’eau n’était pas vraiment très dangereuse… Des sueurs froides dégoulinèrent le long de mon dos alors que tout mon corps tremblait, se basant sur les rapides battements de mon cœur.

    Et je pus également constaté que les cadavres jonchant le sol était tous d’ancienneté différente et le plus récent que je pus apercevoir ne devais pas dater de plus de deux jours.  Le colosse s’approcha et sourit.


    -Je m’absente cinq minutes et voilà qu’un petit oiseau tombe dans mes filets !


    Sa voix était rauque et brutale. Il s’approcha encore et saisis mon menton alors que des larmes commencèrent à couler de mes yeux. Il approche son visage, plongea son regard de râpasse dans le mien et quand il chuchota son alène futile m’envahie
    .

    -C’est que elle est mignonne la p’tite. Je vais bien m’occuper de toi avant de te tuer ne t’inquiète pas…


    Il posa une main sur ma poitrine et je compris enfin ce qu’il entendait par là.

    Je ramenais une de mes main sous devant mon menton, tendue vers le haut et je ne sais où je trouvais la force d’envoyer un jet d’eau brulant dans la tête de mon assaillant.

    Celui-ci posa un cri et tapa dans ma jambe libre avant de faire un bond en arrière. Je ne demandais pas mon reste et me mis à ramper sachant très bien qu’essayer de me relever étais une perte de temps. L’homme cria :


    -Tu crois que tu vas pouvoir t’en tirer salope !


    Je sentis une chaîne entourer mon coup et me tirer vers ce monstre. Un sourire fou transperçait son hideux visage. Je ne parvenais plus à respirer. La chaîne était trop serrée et j’avais beau tirer dessue je ne gagnais pas un millimètre, au contraire elle se resserra.

    Il ricana. Un éclair transperça soudainement le ciel et frappa l’épaule de mon assaillant. Je suffoquai. Avec stupeur je vis un homme aux cheveux turquoise apparaître entre moi et l’homme aux yeux jaunes. Je ne reconnus pas cette personne. Une voix s’éleva pleine de folie meurtrière et d’amusement :


    -J’ai bien fais de venir, je vais bien m’amuser !


    Le noir remplit mes yeux.


    Quand je m’étais réveillé j’étais à l’infirmerie de Majikku et Mlle Kaigo m’appris qu’un Tenioenai nommé Raito Arashi m’avais sauvé la vie et elle me sermonna me demanda ce que je faisais dans un endroit si dangereux mais je n’écoutais pas, hypnotisée par ce nom.  Je le connaissais trop bien. Tout le monde le connaissaient…

    Soudainement un éclair rouge passa devant mes yeux ahuris me sortant mes souvenirs glauques.

    Désolée pour le retard mais j'ai dus recommencé un bout et j'ai changé la structure du chapitre alors voilà!


  • Commentaires

    1
    Dimanche 11 Mai 2014 à 13:43

    Suiteeeee *-* ta progréssée niveau aération mais c'est pas encore sa X)

    2
    Dimanche 11 Mai 2014 à 14:39

    Pourtant j'ai fais de mon mieux!!!T-T

    Ben comme j'avais trois page puis que j'ai rajouté la partie souvenir et du coup le reste je l'ai mis pour le prochain chapitre il me reste pas beaucoup à écrire!!

    3
    Dimanche 11 Mai 2014 à 17:39

    yeahhh *-*

    4
    Dimanche 11 Mai 2014 à 18:51

    Contente que tu sois.... contente! xD

    Dis pour la fic, c'est mimi qui doit faire la suite non? Et Muy et Over continuent à l'écrire ou pas?

    5
    Lundi 12 Mai 2014 à 17:29

    Normalment c'est a mimi mais apres je sais pas si les autre continue 

     

    6
    Lundi 12 Mai 2014 à 20:00

    Ouai mais ça fait un moment que elle est plus là, je vais comme même lui envoyer un message et on verra bien, je pense que elle ne mettra pas longtemps à nous la donner vue que elle écrit très vite!!!^^

    7
    Mardi 13 Mai 2014 à 18:14
    8
    Mardi 13 Mai 2014 à 18:18

    Je viens de lui demander elle a(ou va je sais pas ^^') commencé!!^^

    9
    Mardi 13 Mai 2014 à 18:19

    Oki norm si jrepond pas je fais mes math X.X

    10
    Mardi 13 Mai 2014 à 18:44

    Ah ok et moi j'ai dus m'occuper de mon p'tit frère!

    11
    Mardi 13 Mai 2014 à 23:10

    et la c'est pas juste, tu à coupé au moment important, qu'es qui va e passe, haaaaaaaaaaaaa, méchante lize, tu à intéré à vite écrire la suite

    enfaite ta nouvelle fic me plait beaucoup, et rajoute moi parmi tes prévenus, d'acore ^^

    12
    Mercredi 14 Mai 2014 à 15:59

    :p Je fais que te rendre l'appareil!

    Je me grouille, j'avais pas beaucoup le temps ces derniers jours, et quand je l'ai eus je me sentais pas bien alors euh...^^'

    Je suis super contente!!*-* E bien sûr!!!^^

    13
    Lundi 19 Mai 2014 à 20:22

    La suite!

    14
    Jeudi 29 Mai 2014 à 21:32

    J'ai mis le chapitre 4!

    15
    Dimanche 1er Juin 2014 à 14:13

    Chapitre 5 publié!

    16
    Mercredi 4 Juin 2014 à 18:09

    Chapitre 7!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :